Madininair exporte son expertise sur la mesure des gaz émis par les algues Sargasses dans 5 pays de la Caraïbe

Dans le cadre du programme caribéen de coopération de lutte contre les algues Sargasses SARG’COOP, Madininair va accompagner 5 pays de la Caraïbe dans la réalisation d’études préalables à l’installation de capteurs permettant de mesurer les gaz nocifs émis par la dégradation des algues Sargasses.

Cette mission est une nouvelle reconnaissance de l’expertise de Madininair sur la surveillance des gaz issus de la décomposition des algues Sargasses. En effet, en 2015, l’observatoire martiniquais a mis en place le premier dispositif de surveillance d’hydrogène sulfuré (H2S) et d’ammoniac (NH3) par capteurs autonomes. Depuis, Madininair ne cesse de développer et optimiser son réseau de mesure en Martinique ainsi que partager son expertise. En 2018, l’association a d’ailleurs accompagné la Guadeloupe dans la mise en place de son propre dispositif de surveillance.

Qu’est-ce que le programme SARG’COOP ?

Le programme SARG’COOP est un programme caribéen de coopération de lutte contre les algues Sargasses, lancé en 2019 à l’initiative de la Région Guadeloupe et financé par INTERREG Caraïbes. Ce programme vise à renforcer la préparation des territoires caribéens et leur résilience face à l’invasion d’algues sargasses. Il s’articule autour de trois axes : l’organisation d’une conférence internationale (réalisée en octobre 2019 en Guadeloupe), la mise en place d’un forum caribéen des sargasses et, la création et l’animation d’un centre caribéen de surveillance et d’alerte.

Aujourd’hui, le programme SARG’COOP œuvre particulièrement pour la création et l’animation du centre caribéen de surveillance et d’alerte dont les principales activités seront :

  • la télédétection : il produira des bulletins de prévision des échouages de sargasses, à l’échelle de la Caraïbe en s’appuyant sur les observations de la formation des bancs de sargasses et de leurs trajectoires ;
  • la surveillance de la qualité de l’air grâce à un réseau de mesure des gaz issus de la décomposition des algues sargasses (le sulfure d’hydrogène H2S et l’ammoniac NH3) commun à plusieurs pays de la Caraïbe.

A terme, l’objectif de ce centre est de disposer d’un système d’alerte des populations et de suivi sanitaire à l’échelle caribéenne qui permettra d’anticiper les nuisances liées à l’échouage des sargasses, et ainsi de mettre en place des mesures préventives adaptées.

Quel est le rôle de Madininair dans le programme SARG’COOP ?


Madininair est chargé d’accompagner 5 pays de la Caraïbe dans la préparation de leurs réseaux de capteurs de sulfure d’hydrogène H2S et d’ammoniac NH3.

Au cours des prochains mois, Madininair se rendra donc à Sainte-Lucie, la Dominique, Tobago, Cuba et au Mexique afin d’assister stratégiquement et techniquement les structures locales qui auront pour mission d’installer et gérer le réseau de surveillance sur leur territoire.

En amont de chaque déplacement, Madininair doit définir avec les pays d’accueil, des sites potentiels d’implantation des capteurs, à partir de plusieurs critères : zones d’échouements massifs, exposition des populations, fréquences de dépôt et de ramassage, etc.

Sur place, une équipe de Madininair visitera les différents sites identifiés et réalisera des mesures d’hydrogène sulfuré et d’ammoniac. Elle partagera également son expertise et son expérience sur la surveillance des algues sargasses en Martinique.

In fine, Madininair produira pour chaque pays, un rapport intégrant les résultats de mesures ainsi qu’une cartographie des sites identifiés pour la surveillance des gaz émis par la dégradation des algues Sargasses.


Vous avez trouvé ce contenu intéressant ? Faites-en profiter vos amis :