Madininair renforce la surveillance des pesticides dans l’air ambiant en Martinique

Après sa participation à la campagne nationale exploratoire en 2019, Madininair renouvelle pendant 1 an, les mesures des résidus de pesticides dans l’air ambiant sur 3 sites en Martinique : Saint-Joseph, Macouba et Lamentin.

Un suivi à vocation pérenne à Saint-Joseph
Madininair a lancé le 3 août dernier de nouvelles mesures de pesticides dans l’air à Saint-Joseph. Celles-ci s’inscrivent dans le cadre d’un suivi national (métropole et outre mer) à vocation pérenne.
En effet, identifiés d’intérêt national depuis le 14 juin 2018, les pesticides devraient maintenant être surveillés dans toutes les régions françaises via un financement de l’Etat. Pour cette première année de surveillance en Martinique, c’est un site urbain de fond à Saint-Joseph, influencé principalement par l’arboriculture (bananes), qui a été choisi pour ce suivi.

Des mesures complémentaires sur 2 autres sites pendant 1 an
Avec le soutien de la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement de Martinique, Madininair met également en place des mesures de pesticides sur 2 autres sites : à Macouba et au Lamentin. Ces mesures complémentaires ont pour objectif d’améliorer la connaissance sur ces substances dans l’air à l’échelle régionale, d’avoir une photographie annuelle plus précise des niveaux de concentration en Martinique et d’ajuster si besoin la stratégie de surveillance pérenne. Les mesures sur ces sites débutent en septembre 2021 et se termineront en août 2022.

Quels pesticides surveillés ?
Sur les 3 sites, Madininair surveillera les 72 molécules fongicides, herbicides ou insecticides listées dans le protocole national. On y retrouve entre autres :

  • le chlordécone connu pour ses interférences avec le fonctionnement du système hormonal. Il s’agit d’un perturbateur endocrinien aujourd’hui interdit mais très résilient dans l’environnement ;
  • le folpel, fongicide surtout utilisé en maraichage et considéré en 2009 comme cancérogène suspecté par l’Autorité européenne de sécurité des aliments ;
  • le lindane utilisé en agriculture et dans les produits pharmaceutiques pour le traitement de la gale et l’élimination des poux, est une molécule persistante et interdite depuis 1998 et néanmoins retrouvée dans toutes les régions lors de la campagne nationale exploratoire en 2019 ;
  • le prosulfocarbe, un herbicide très volatile responsable de contamination de cultures en agriculture biologique.

A Saint-Joseph et Macouba, Madininair suivra également les substances dites "polaires" dont le glyphosate caractérisé cancérogène probable pour les humains par le Centre International de Recherche sur le Cancer.
La mesure de composés spécifiquement utilisés en Martinique et retrouvés dans les eaux et sols de l’île, a par ailleurs été ajoutée pour les sites de Macouba et Lamentin.

Communication des résultats au second semestre 2022
Les premiers résultats de ces mesures seront disponibles au second semestre 2022.


Vous avez trouvé ce contenu intéressant ? Faites-en profiter vos amis :