Bilan de la qualité de l’air en 2021

LES FAITS MARQUANTS DE 2021

UN NOUVEL INDICE ATMO

Un nouvel indice ATMO est entré en vigueur au niveau national, en janvier 2021. Le changement s’est opéré en Martinique le lundi 18 janvier.
Ce nouvel indice permet de fournir une prévision calculée à l’échelle de chaque commune. Il intègre un nouveau polluant réglementé : les particules fines
PM2,5, aux effets sanitaires avérés. Ses seuils sont alignés sur ceux de l’Agence européenne pour l’environnement. L’échelle a également évolué : le niveau « Très bon » a disparu, et le niveau « Extrêmement mauvais » a fait son apparition. Le nouvel indice qualifie donc l’état de l’air selon 6 classes : Bon / Moyen / Dégradé / Mauvais / Très mauvais / Extrêmement mauvais. Le code couleur s’étend désormais du bleu (bon) au magenta (extrêmement mauvais).


L’ÉRUPTION DE LA SOUFRIÈRE DE SAINT-VINCENT

En avril 2021, l’éruption de la Soufrière de Saint-Vincent a engendré des retombées de cendres volcaniques sur le bassin caribéen. Face à ce risque, Madininair a mis en place, en étroite collaboration avec Météo France, l’Observatoire Volcanologique et Sismologique de Martinique et l’Agence Régionale de Santé, un suivi spécifique des polluants traceurs d’une
activité volcanique.
Madininair a donc renforcé sa surveillance sur 2 familles de polluants réglementés dans l’air ambiant, retenus comme traceur de l’activité volcanique : les particules fines inférieures à 10 et 2,5 micromètres (PM10 et PM2,5) et les composés soufrés (dioxyde de soufre SO2 et hydrogène sulfuré H2S).
L’observatoire a également mis en oeuvre une communication spécifique sur l’impact de l’éruption du volcan sur la qualité de l’air, en publiant jusqu’à la fin
du phénomène, un bulletin régulier de suivi des polluants traceurs.


PREMIÈRES MESURES DE POLLENS ET MOISISSURES EN MARTINIQUE

En avril 2021, Madininair a lancé ses premiers prélèvements de pollens et moisissures dans l’air ambiant sur 3 sites distincts de Martinique : Fort-de-France, Saint-Esprit et Robert.
Ces prélèvements s’inscrivent dans le cadre d’une étude exploratoire d’un an, ayant pour objectif de mieux connaître les pollens et moisissures présents
sur notre territoire afin de mieux évaluer leurs impacts sur la santé. Cette étude est l’une des actions du Plan Régional Santé Environnement 3 prévue sur
2021-2022.


MISE EN OEUVRE D’UNE SURVEILLANCE RENFORCÉE DES PESTICIDES DANS L’AIR AMBIANT

Madininair a lancé le 3 août 2021 de nouvelles mesures de pesticides à Saint-Joseph. Celles-ci s’inscrivent dans le cadre d’un suivi national à vocation pérenne.
Avec le soutien de la DEAL Martinique, Madininair a également mis en place des mesures de pesticides sur 2 autres sites : à Macouba et au Lamentin. Ces
mesures complémentaires ont pour objectif d’améliorer la connaissance sur ces substances dans l’air à l’échelle régionale, d’avoir une photographie annuelle
plus précise des niveaux de concentration en Martinique et d’ajuster si besoin la stratégie de surveillance pérenne. Les mesures sur ces sites ont débuté en septembre 2021 et se termineront en août 2022.
Sur les 3 sites, Madininair surveille 72 molécules fongicides, herbicides ou insecticides. A Saint-Joseph et Macouba, Madininair suit également les substances dites « polaires » dont le glyphosate. La mesure de composés spécifiquement utilisés en Martinique et retrouvés dans les eaux et sols de l’île, a par ailleurs été ajoutée pour les sites de Macouba et Lamentin.


MADININAIR, LAURÉAT DU PROGRAMME AQACIA DE L’ADEME
L’ADEME a lancé en septembre 2020 le premier appel à propositions de recherche (APR) de son programme AQACIA sur le thème « Préparer aujourd’hui
la qualité de l’air de demain ». Madininair a répondu à cet APR en déposant un projet intitulé SAMBA sur la « spéciation chimique des aérosols et des moisissures dans l’air intérieur dans les bâtiments aux Antilles ».
Le 14 octobre 2021, l’ADEME a dévoilé les lauréats du programme et SAMBA faisait partie des 29 projets retenus parmi les 61 dossiers déposés.
SAMBA est un projet de recherche sur la problématique de qualité de l’air intérieur aux Antilles porté par Madininair et qui sera mené de 2022 à 2024, en collaboration avec l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI), le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), l’Institut de Physique du Globe de Paris (IGPG), le Laboratoire Inter-Universitaire des Systèmes Atmosphériques (LISA) et le laboratoire de mycologie du Centre Hospitalier Universitaire de Martinique. Il a pour ambition d’améliorer les connaissances
sur les particules et les moisissures dans l’air intérieur, en milieu tropical.



BILAN DE LA QUALITÉ DE L’AIR 2021

SITUATION PAR RAPPORT AUX VALEURS RÉGLEMENTAIRES DE LA QUALITÉ DE L’AIR

En 2021, seuls les objectifs de qualité annuels pour les particules fines PM10 et pour les particules fines PM2,5 ne sont pas respectés. Il est toutefois à noter que l’objectif de qualité est un seuil non contraignant : il correspond à un niveau de concentration de polluants à atteindre à long terme.


BILAN DES INDICES ATMO

En 2021, l’indice ATMO moyen a été le plus récurrent. Il a été prévu 55% du temps de l’année (figure 7). Cet indice moyen est très souvent déterminé par les concentrations en ozone dans l’air. Les indices ATMO dégradés à très mauvais sont, quant à eux, associés à une hausse de particules fines en suspension dans l’air. Les indices mauvais à très mauvais ont été calculés sur 12% du temps de l’année, principalement entre avril et octobre. L’indice ATMO très mauvais a été atteint 2 fois en avril.


VIGILANCES POLLUTION

En 2021, Madininair a procédé à l’activation de la procédure d’information et de recommandation sur 28 journées et celle de la procédure d’alerte sur 18
journées, dont 9 sur persitance d’un épisode de pollution.
Toutes ces vigilances ont été activées après le constat ou la prévision d’un risque de dépassement d’un seuil journalier réglementaire pour les particules
fines PM10.


SURVEILLANCE "SARGASSES"

Au cours de l’année 2021, le réseau de surveillance "Sargasses" a enregistré de nombreux dépassements des seuils sanitaires en hydrogène sulfuré. Le seuil journalier de 1ppm a été dépassé 534 fois (contre 242 fois en 2020) sur 9 sites et, le seuil journalier de 5 ppm a été dépassé 59 fois (soit contre 14 fois en 2020) sur les sites Frégate Est 2 au François (31 dépassements) et Four à Chaux au Robert (28 dépassements). Sur l’ammoniac, en revanche, il n’y a eu aucun dépassement de seuil sanitaire sur l’année 2021.



Plus d’infos sur le bilan de la qualité de l’air en 2021 en téléchargeant le rapport d’activité 2021 de Madininair ici



Vous avez trouvé ce contenu intéressant ? Faites-en profiter vos amis :